on Le M-Apprentissage. On met la table!
Share

Le M-Apprentissage. On met la table!

Qu’est-ce qu’un appareil mobile?

Un appareil mobile est défini comme un outil électronique sans fil portatif et utilisable de manière autonome lors d’un déplacement. Il est généralement de petite taille et possède un clavier dépouillé. Les utilisateurs ont la possibilité d’installer des applications mobiles, d’écouter de la musique, de créer des vidéos, de communiquer par téléphone ou par vidéo. Sans disque dur, les applications sont enregistrées sur des mémoires internes ou des cartes. On classe dans la catégorie des appareils mobiles les tablettes électroniques, les téléphones intelligents, les téléphones-tablettes (phablettes), les ordinateurs portables ainsi que les montres intelligentes.

Quelques statistiques sur l’utilisation des appareils mobiles.

Au Québec, le CEFRIO a publié deux rapports en lien avec le numérique et l’usage du téléphone intelligent. Voici quelques données tirées de ces deux rapports :

Usage du téléphone intelligent (2017)

  • 77 % des détenteurs de téléphone intelligent utilisent Internet au moins une fois par jour sur leur téléphone intelligent.
  • 75 % des détenteurs de téléphone intelligent ont un forfait de données.
  • 57 % des détenteurs de téléphone intelligent ont 1 Go de données ou plus sur leur appareil.
  • 60 % des détenteurs de téléphone intelligent se connectent souvent aux réseaux Wi-Fi en dehors du foyer.

Portrait du numérique des foyers québécois (2018)

  • 95 % des adultes détiennent au moins 5 appareils électroniques : ordinateur portable ou de bureau 85 %, téléphone intelligent 73 %, tablette électronique 57 %, bracelet d’exercice connecté 9 % et montre intelligente 8 %.
  • Le téléphone intelligent est l’appareil qui a connu la plus grande progression.
  • 9 internautes adultes sur 10 se considèrent comme habiles sur Internet.

Selon Statistique Canada, voici les 4 premiers appareils que possèdent les gens :

  • 76 % téléphone intelligent
  • 71 % ordinateur portatif ou miniportable
  • 54 % tablette ou liseuse
  • 50 % ordinateur de bureau

Pourquoi parler de M-apprentissage?

L’apprentissage mobile (aussi connu sous le nom de m-learning ou mobile Learning) est un concept éducatif permettant un accès continu au savoir à l’aide d’appareils mobiles. Il est possible d’apprendre où l’on veut, quand on le veut. Selon Ambient Insight (2013), le marché mondial de l’apprentissage sur mobile a enregistré au taux de croissance annuel de 18.2 % pour la période de 2012-2017 (Ambient Insight, 2013).

Le microapprentissage (ou microlearning) est une méthode d’apprentissage à distance se composant de modules courts (de 20 secondes à 5 minutes) consacrés à une notion précise. Par exemple, les apprenants dans le cadre d’un cours en langues pourraient recevoir par texto le « mot du jour ».

« Un découpage bien séquencé permet dans un même temps de faciliter l’assimilation d’informations, d’individualiser les apports, de proposer des parcours libres ou encadrés, et surtout d’améliorer la concentration sur des temps plus ramassés. » (Cristol, 2017)

Des granules pédagogiques ordonnées dans un parcours d’apprentissage précis se combinent avec d’autres pratiques de formation et viennent enrichir un système d’apprentissage en place. En ce sens, l’apprentissage mobile et le microapprentissage sont deux concepts complémentaires s’intégrant parfaitement l’un à l’autre. On parle alors de M-apprentissage.

Mais attention, tout comme la formation à distance, qui n’est pas seulement la combinaison de contenu diffusé par voie électronique, le concept du M-apprentissage évolue. Il s’agit d’un processus d’apprentissage focalisé sur l’apprenant, qui utilise une technologie portable.

Le M-apprentissage doit être abordé comme un dispositif qui permet aux apprenants de vivre, de travailler, de jouer et d’apprendre.

Quels sont les avantages, les réalités et les mythes du M-apprentissage ?

Avantages :

  • Augmente l’accès à des ressources diversifiées.
  • Bonifie et encourage le partage et la communication entre pairs.
  • Permet un apprentissage flexible.
  • Réduit l’anxiété, l’isolement et l’incertitude grâce à l’accès rapide à une communauté en ligne.
  • Responsabilise l’apprenant.
  • Soutient l’apprentissage collaboratif et indépendant.
  • Favorise l’apprentissage dans des contextes informels.
  • Plus accessible pour les apprenants issus des milieux défavorisés.
  • Contribue à l’apprentissage personnalisé.
  • Répond à des besoins ciblés à des moments précis.
  • Augmente la motivation et la réussite.
  • Est centré sur les besoins de l’apprenant.

Réalités :

  • Les technologies évoluent rapidement.
  • La formation et l’accompagnement des enseignants sont primordiaux.
  • Incite les concepteurs pédagogiques à revoir leurs méthodes.
  • Il y a encore beaucoup d’inquiétude concernant le soutien et les mises à jour nécessaires pour que les projets perdurent dans le futur.
  • Les infrastructures organisationnelles sont parfois rigides et freinent le développement.
  • Les enseignants explorent l’utilisation, mais n’ont pas tous saisi les possibilités.
  • Les enseignants sont préoccupés par ce changement de méthode et préfèrent rester avec une approche qui leur est plus confortable.

Mythes :

  • L’inefficacité des réseaux Wi-Fi.
  • Les apprenants ne veulent pas utiliser le mobile et apprendre selon leur époque.
  • Perception de la résistance à tout concept d’apprentissage en ligne.
  • Les enseignants refusent d’apprendre à utiliser les nouveaux appareils.

Le M-apprentissage est un type de formation à distance qui utilise les technologies mobiles et qui est conçu pour répondre de manière appropriée à la mobilité des étudiants, aux préférences modernes et au service d’une pédagogie diversifiée. En 2019, l’apprentissage n’est plus un processus purement cognitif, mais il devient un phénomène social qui n’a plus lieu seulement à un endroit, mais aussi entre communautés, lieux, temps, contextes sociaux et lieux de pratiques. (Cazques et al., 2011.)

Références :

Conseil supérieur de l’éducation (CSE) (2015). La formation à distance dans les universités québécoises : un potentiel à optimiser. Document électronique consulté le 15 janvier 2019 et téléaccessible à : https://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publications/Avis/50-0486.pdf

Thot Cursus – Formation et culture numérique (2017). Avantages et limites du microapprentissage. Document électronique consulté le 1er février 2019 et téléaccessible à :  https://cursus.edu/articles/36849#.XG1nWzpKhEY

CEFRIO, Passage au numérique, recherche et innovation. Portrait numérique des foyers québécois. Édition 2018, volume 9, numéro 4. Document électronique consulté le 8 février 2019 et téléaccessible à :  https://cefrio.qc.ca/media/2015/netendances2018-portraitnumeriquefoyersquebecois.pdf

CEFRIO, Passage au numérique, recherche et innovation. Usage du téléphone intelligent. Édition 2017, volume 8, numéro 9. Document électronique consulté le 8 février 2019 et téléaccessible à :  https://cefrio.qc.ca/media/1212/netendances_2017-usage-du-telephone-intelligent.pdf

Statistique Canada. Internet et les technologies numériques. (2017). Document électronique consulté le 8 février 2019 et téléaccessible à :  https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-627-m/11-627-m2017032-fra.htm

ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse. République française.  E-Formation et e-learning. Notion de modularité, granularité. Document électronique consulté le 8 février 2019 et téléaccessible à : http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/archives/eformation/notion-modularite/granularite-individualisation-1

KOLESAR, Emily. (2017). Étude de la pertinence du mobile learning pour Baguette Academy : comment le mobile learning pourrait-il s’intégrer au sein des pratiques actuelles ? Université Grenoble-Alpes. Document électronique consulté le 14 février 2019 et téléaccessible à : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01697492/document

REFAD (2015). Guide sur l’apprentissage mobile et son impact sur la FAD dans la francophonie canadienne. Document électronique consulté le 14 février 2019 et téléaccessible à : http://www.refad.ca/documents/Guide_Technologies_PDF.pdf

Drouin, M. Abdelhrim, EH et Ahaji, K. (2013). Apprentissage mobile ou M-Learning :  opportunités et défis. Document électronique consulté le 14 février 2019 et téléaccessible à :  https://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1703e.htm

Université de Genève (2017). Microlearning : une stratégie de formation en ligne. Document électronique consulté le 14 février 2019 et téléaccessible à : https://ciel.unige.ch/2017/04/microlearning-une-strategie-de-formation-en-ligne/

Dufresne, M., Skill Builder LMS by BaseCorp Learning Systems (2018). 10 Raisons d’intégrer le microlearning dans votre formation en ligne. Document électronique consulté le 15 février 2019 et téléaccessible à : https://www.skillbuilderlms.com/fr/micro-learning-raisons-integration-formation-en-ligne/

Barlett-Bragg, A. (2013). The state of mobile learning – Part 2. Training & Development, 40(3), 24-26.

Bartlett-Bragg, A. (2013). The state of mobile learning – Part 1. Training and Development, 40(2), 28-30.

Berge, Z.L. (2013). Mobile Learning: New Tools Flying in the Face of the Same Old Schooling. Educational Technology  53(1). 36-40.

Branon, R., Wolfenstein, M. et Weiss, C. (2016). MASLO : A Mobile Learning Development System. International Journal of Designs for Learning, 7(3), 105-123.Daniel

Martiniello, L. et Paparella, N. (2016). Educational research between on devices and mobile learning. REM – Research on Education and Media, 8(2), 5p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *