2 commentaires sur La réalité virtuelle : révolution en vue pour la formation à distance?
Share

La réalité virtuelle : révolution en vue pour la formation à distance?

La “Réalité virtuelle”?  Pendant des années, ce concept est resté confiné à la science-fiction, avant de devenir une technologie absconse réservée aux militaires et scientifiques. Mais 2016 est une année charnière, avec la sortie de matériel grand public. Loin d’un simple gadget ou d’un phénomène de mode, la Réalité virtuelle est une révolution qui va bousculer beaucoup d’industries: le jeu vidéo, mais aussi le divertissement et… l’éducation. C’est également, pour la formation à distance, un outil fantastique tout autant qu’un virage qu’il faudra savoir négocier.

Il y a deux ans, un article publié dans le mensuel “Wired” m’avait mis la puce à l’oreille. Il détaillait l’arrivée imminente d’une révolution, la “réalité virtuelle”, un concept vieux de 50 ans. Ma première réaction était un mélange de surprise et de méfiance : trop souvent, un marketing qui ne dit pas son nom, ou la recherche de nouveautés éditoriales tentent de créer l’évènement, le “buzz”, sans réel fondement.

La Réalité virtuelle est longtemps restée confinée à certains domaines, et utilisations, scientifiques et militaires
La Réalité virtuelle est longtemps restée confinée à certains domaines, et utilisations, scientifiques et militaires (source : wikimedia)

Et puis, la semaine dernière, j’ai eu la chance de pouvoir tester un de ces casques de Réalité virtuelle (ou VR) tant attendus : le Rift, de l’entreprise Oculus (qui avait été rachetée par Facebook en 2014 pour 2 milliards de dollars). Ce modèle, après des années de phase test, commencera à être vendu au grand public au Canada à partir de la mi-octobre. D’autres casques viennent également de devenir disponibles, comme le HTC Vive, ou le casque Sony VR pour la Playstation 4.

Les prix sont encore assez élevés pour ces modèles haut de gamme (entre 900 et 1200$ pour le modèle Oculus ou HTC), mais plusieurs gammes se dessinent, avec une intégration accrue notamment des téléphones intelligents dans des casques d’entrée de gamme (voir le tout nouveau Google Daydream ou la collaboration Samsung-Oculus GearVR.)

oculus
Le modèle Rift, de l’entreprise Oculus (Source : eVRydayVR/Flickr)

Une révolution?

Après des années de tâtonnements, de réglages, la technologie est finalement au point : on n’a plus la sensation de nausée ni de problèmes de résolution d’image. Les capteurs de mouvements sont très réactifs, et le confort optimal : aucun temps d’adaptation n’est requis. Par ailleurs, les logiciels s’affinent, et commencent à explorer tout le potentiel de la technologie.

La révolution annoncée est donc bien là : dès qu’on a le casque sur la tête, on se retrouve plongé dans une 3D parfaite, totale et à 360 degrés. C’est une immersion qui désoriente et émerveille : on se retrouve au coeur de l’action, transporté immédiatement dans un environnement nouveau. Les sensations, par rapport à d’autres supports et formats, sont incomparables. On n’a presque plus l’impression de regarder mais d’être à l’intérieur de ce qui est projeté : il y aura un avant et un après l’avènement de la Réalité virtuelle. Cette révolution va toucher tous les secteurs; l’industrie du jeu sera la première à bénéficier de la technologie, mais également l’industrie du divertissement, avec notamment des films d’animation, qui permettront de se trouver dans le dessin animé, comme c’est le cas avec “The Stunning Allumette”, un des premiers films à explorer pleinement le potentiel de la VR.

Un autre modèle haut de gamme : le Vive, de l'entreprise HTC
Un autre modèle haut de gamme : le Vive, de l’entreprise HTC.  Il faudra s’habituer au look… (Source : Maurizio Pesce/Flickr)

Et la formation à distance dans tout cela?

Le champ d’application de la VR tend… à l’infini. Dans le domaine de l’éducation, certaines matières, scientifiques notamment, comme la biologie, la physique, l’astronomie, seront les premières concernées, mais l’histoire, la géographie, et tant d’autres suivront, à mesure que le grand public adoptera la technologie et les coûts de développement des cours baisseront.

La VR apporte à la formation à distance un avantage sur la formation traditionnelle : avec le casque, on pourra se transporter au coeur des pyramides, de galaxies, du corps humain voire… d’une situation spécifique qu’on souhaite enseigner.

La Réalité virtuelle permet ainsi l’enseignement d’une façon différente : la sensation d’apprendre à travers une expérience, presque vécue. On apprend mieux et plus facilement en vivant une expérience : c’est un peu l’idée du fameux “faux” Cone de Dale.

Cette nouvelle réalité, virtuelle, permettra de pratiquer de façon encore plus poussée, comme on le fait déjà dans des jeux vidéos, et des simulateurs professionnels, certaines compétences, mais avec un niveau de réalisme encore jamais atteint. Comme le souligne l’article de Dinah Pitre-Payne, “Goûter la soupe”, publié la semaine dernière dans ces mêmes colonnes, c’est l’occasion d’expérimenter, de tenter des approches différentes, d’échouer et considérer “nos erreurs comme un tremplin pour comprendre comment un jeu peut être conquis; en substance, se tromper vous aide à comprendre comment gagner la prochaine fois – ni préjudice ni faute. “

D’autres exemples du potentiel de la VR au niveau de la formation à distance : regrouper des classes virtuelles avec des étudiants disséminés partout à travers le pays, ou le monde. C’est le modèle que proposent la plateforme spécialisée en éducation Engage, et la plateforme généraliste  AltspaceVR. Pour l’instant limité à une rencontre entre avatars, ce type d’application est une autre avenue de développement.

Enfin, la réalité virtuelle offre un potentiel marketing énorme pour la formation à distance : s’il est encore inenvisageable d’offrir un programme entier en VR, l’option, offerte pour certains cours va devenir un argument important dans la perspective de recrutement de certains étudiants.

Une technologie qui pose question

Les questions éthiques et sociétales surgissent déjà, notamment après certaines fusillades, qui établissent une corrélation entre l’abus de jeux vidéos violents et la l’utilisation d’armes à feux dans la “vraie” vie. Avec l’avènement à venir de la VR, ces questions sont amenées à se multiplier. La frontière entre la réalité et la réalité virtuelle va encore s’amoindrir avec l’amélioration technologique: déjà, du matériel à réponse haptique (gants, veste capables de transmettre des vibrations, chocs) vient compléter l’arsenal à disposition et rendre l’expérience encore plus “réelle”.

La veste à réponse haptique de l'entreprise Woojer
La veste à réponse haptique de l’entreprise Woojer (Source : Woojer)

Google, Facebook, Microsoft, Samsung, Sony : les grands acteurs technologiques sont présents sur un marché qui pour l’instant, reste un marché de niche, évalué à 1 milliard de dollars en 2016. Mais le potentiel de l’industrie, cumulant matériel, logiciel, réseaux, pourrait atteindre 150 milliards de dollars en 2020. De quoi aiguiser les appétits!

C’est bien que le futur de la Réalité virtuelle est en train de se dessiner : le matériel se perfectionne, devenant de plus en plus abordable et accessible, autour de plateformes qui se structurent. Le résultat, c’est bien plus qu’un nouveau canal de consommation de média : c’est une dimension complémentaire, quelque part entre rêve et réalité, qui s’offre, à terme, à tous. C’est un potentiel énorme. C’est la perspective, paradoxale, d’être en mesure d’offrir en formation à distance une expérience d’apprentissage plus “réelle”, marquante et touchante qu’en présentiel. Pour les professionnels du milieu, il s’agit de comprendre les possibilités, les enjeux de la Réalité virtuelle, afin de réfléchir à des pistes d’innovations et d’intégrations pédagogiques possibles. C’est un virage important tout autant qu’un défi. C’est une opportunité rare, à saisir.

2 réflexions sur “La réalité virtuelle : révolution en vue pour la formation à distance?”

  1. Très bon article !

    Cette phrase est le centre de l’argumentation :  »La Réalité virtuelle permet ainsi l’enseignement d’une façon différente : la sensation d’apprendre à travers une expérience, presque vécue. »

    Il reste maintenant à tester la VR comme outil pédagogique et surtout valider son impact sur la formation des apprenants.

    Quant à l’utilisation de la réalité virtuelle à distance, nos premiers essais sont très concluants pour la présence de plusieurs personnes dans le même monde virtuel, ce qui permet à l’intervenant d’effectuer le suivi de l’apprenant à distance sans attendre le débriefing de la formation.

    Dernier point, c’est la première fois que je lis enfin un article qui cite convenablement le  »FAUX cône de Dale », c’est incroyable de voir toutes les citations et adaptation sans aucune validation, alors merci !

  2. Je suis tout à fait convaincue de l’intérêt de la réalité virtuelle dans l’enseignement à distance. Cette dernière permet non seulement de mettre en situation les apprenants mais aussi permet de transformer l’apprentissage en une véritable expérience de vie. Passionnée par les nouvelles technologies numériques, j’ai vu des innovations particulièrement intéressantes en Californie ( Représentation en 3 D de données etc.). L’approche « expérientielle » est intéressante à de multiples points de vue car elle permet une reformulation des rôles, une prise de pouvoir de l’apprenant qui pourra réellement interagir avec l’objet de ses études. Bien sur, une telle révolution dans les modes de pensée ( La réalité virtuelle n’est pas l’ennemie du réel mais permet de mieux le comprendre) nécessitera une remise en cause radicale des paradigmes existants en matière d’éducation.

Répondre à Christophe Rousseau Annuler la réponse.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *