Un commentaire sur Le défi de la formation à distance : la persévérance ou la réussite?
Share

Le défi de la formation à distance : la persévérance ou la réussite?

« Les étudiants réussissent mieux en classe qu’à distance! » C’est une perception à laquelle nous sommes souvent confrontés lorsqu’on travaille en formation à distance. Mais qu’en est-il vraiment? Une étude réalisée par le Cégep à distance et le Cégep de Matane nous offre un éclairage à ce sujet.

Une équipe de recherche a suivi les étudiants suivant un cours en mode hybride du programme Techniques de tourisme offert par le Cégep de Matane: certains étaient en classe avec le professeur alors que d’autres y participaient à distance. Ces derniers assistaient au cours en simultanée en mode téléenseignement en point à point (chaque étudiant à distance était à un endroit différent des autres).

Quels apprenants ont le mieux réussi? Les deux types d’apprenants – en classe ou à distance – ont aussi bien réussi le cours! Moyenne en classe de 73% (écart-type de 15), moyenne à distance de 79% (écart-type de 12). C’est la fin d’un mythe: dans cette étude, le fait d’étudier à distance n’a pas eu d’impact sur la réussite!

On trouve ces résultats dans l’affiche Suivre un cours en classe ou à distance: quels impacts pour les apprenants? disponible sur le site du Cégep à distance. Celle-ci aborde également le taux de satisfaction et la qualité du cours. Ainsi, 96% des participants se sont dits moyennement satisfaits ou complètement satisfaits. Enfin, quand on leur a demandé d’évaluer la qualité d’un cours hybride en comparaison avec un cours en classe, la majorité n’a pas noté de différences (44%) ou a jugé légèrement meilleure (17%) la qualité du cours hybride. Si 39% ont jugé la qualité du cours légèrement ou nettement moins bonne, cela s’explique principalement par des irritants posés par les problèmes technologiques. Globalement, on constate donc que les étudiants, qu’ils aient été à distance ou en classe, sont autant satisfaits du cours, jugent qu’il n’y a pas de différence en termes de qualité et sont tout autant satisfaits d’avoir suivi ce cours.

Ces résultats ne sont pas une surprise pour le Cégep à distance où plus de 9 étudiants persévérant sur 10 réussi ses cours. Le hic, au Cégep à distance comme partout en formation à distance, c’est la persévérance, qui oscille bon an mal an autour de 70%. Si la réussite est un enjeu au Cégep à distance, la partie se joue essentiellement sur le plan de la persévérance.

Le Cégep à distance est toujours demeuré actif afin de favoriser la persévérance scolaire et a mené différents projets à cette fin, comme l’encadrement enrichi, le tutorat-matière, le projet Osmose et, récemment, le projet Devoir+. Si certaines pratiques ont pu être retenues de ces expériences, l’impact sur le taux de persévérance est demeuré marginal.

Toutefois, le Cégep à distance ne baisse pas les bras! Dès cet hiver, un projet-pilote d’un nouveau modèle d’encadrement sera mis en œuvre. Ainsi, certains tuteurs travailleront sur place à temps plein au Cégep à distance et suivront les étudiants de certains cours tout en portant un regard critique sur leurs pratiques et leur impact sur la persévérance. L’expérimentation sera évidemment scrupuleusement suivie par l’équipe de recherche du Cégep à distance. À suivre!

Alors, entre la réussite et la persévérance, quel est le défi de la formation à distance? On aura compris qu’un faible taux de persévérance entraine automatiquement un faible taux de réussite. Toutefois, à persévérance égale, les études à distance semblent n’avoir aucun impact sur la réussite. Conclusion: lorsque le défi de la persévérance sera relevé, celui de la réussite le sera donc aussi!

Une réflexion sur “Le défi de la formation à distance : la persévérance ou la réussite?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *