on L’accompagnement en formation à distance
Share

L’accompagnement en formation à distance

Votre établissement de formation a acheté de l’équipement informatique, il y a déjà quelques années, et a demandé aux enseignants de rendre leurs formations disponibles à distance. Cependant, les inscriptions à distance ne sont pas plus nombreuses et cet équipement semble avoir été un « mauvais » investissement. Ce scénario vous semble familier ? Voici pourquoi.

Trop souvent, l’aspect le plus négligé en formation à distance est l’accompagnement de l’enseignant. On investit du temps et de l’argent sur l’équipement informatique (ordinateurs, caméras, etc.), l’ameublement des salles de classe (tableaux blancs, écrans tactiles, projecteurs, etc.) et sur la médiatisation du contenu (vidéoclips, animations, etc.), mais très peu sur le développement professionnel des enseignants en formation à distance.

Pour enseigner à distance, l’enseignant doit non seulement être habile avec les technologies, mais il doit utiliser des nouvelles approches pédagogiques et adopter des bonnes pratiques s’il veut rendre son cours intéressant, interactif et « technopédagogique ». Il est donc important qu’il soit accompagné par un conseiller pédagogique ou un technopédagogue. Celui-ci pourra aider l’enseignant à établir un plan de perfectionnement professionnel axé sur la formation à distance.

D’abord, le conseiller devra rencontrer l’enseignant pour connaitre ses besoins, évaluer son niveau d’expertises technologiques et établir un calendrier d’accompagnement. L’accompagnement peut être de courte durée afin de répondre à un besoin très spécifique (développer une activité d’apprentissage) ou peut être étendu sur plusieurs mois (utiliser une nouvelle approche pédagogique). Peu importe, l’accompagnement devrait se faire de façon progressive et systématique. Le conseiller devra être très impliqué au début afin de fournir l’information nécessaire (trucs, conseils, outils, etc.) et guider l’enseignant dans son perfectionnement. Ensuite, le conseiller devra laisser le temps à l’enseignant de mettre en pratique ce qu’il a appris. À ce stade, les rencontres seront moins fréquentes et serviront à faire des suivis ou à répondre à des besoins plus spécifiques. Le conseiller pourra évaluer le progrès de l’enseignant et adapter le plan de perfectionnement en conséquence. Une fois que l’enseignant a atteint ses objectifs de perfectionnement, l’accompagnement devrait être moins fréquent et même offert uniquement à la demande de l’enseignant.

Le rôle du conseiller est d’outiller l’enseignant de sort à ce qu’il puisse « voler de ses propres ailles » et non d’être une « béquille » pour celui-ci. La récompense la plus valorisante pour un conseiller pédagogique ou un technopédagogue, est de voir un enseignant qui se sentait « incompétent » ou qui était « retissant » à utiliser les technologies pour enseigner à distance, réussir à surmonter ses craintes et même parfois devenir un exemple ou un mentor pour ceux qui commencent en formation à distance.

Bon accompagnement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *